Nous recrutons 3 profils pour nos bureaux de Paris et Marseille !

CONNEXION
Obtenir une démo

TheyBuildTheFuture #2 – Guillaume Pellegrin

Régulièrement, nous interviewons des architectes, promoteurs et artisans qui construisent les bâtiments de demain. They Build the Future c’est laisser la parole sur des sujets d’innovation en construction, de tendances et usages du bâtiment.

Guillaume Pellegrin, fondateur de Newton offices, société de gestion d’espaces de co-working, nous parle d’entrepreneuriat mais aussi de la floraison des espaces de co-working en France, ce nouveau mode de travailler qui révolutionne le monde professionnel et immobilier.

“Je suis Guillaume Pellegrin je suis un entrepreneur marseillais, j’ai 37, bientôt 38 ans. J’ai une société qui s’appelle Tivoli Capital qui a 7 ans et demi.”

Quels sont les services proposés par Newton Offices ?

Je pense vraiment que l’on fait le bureau du 21ème siècle, qui est plus vert, plus durable, qui est ouvert sur la ville, qui mutualise à l’échelle d’un immeuble des usages et des services.

Comment t’est venue l’idée d’entreprendre ?

Souvent les histoires de start-up c’est un peu ça : j’avais un problème du coup j’ai sorti une solution. C’est un peu cliché mais c’est complètement ça en fait.

Quel est ton constat de départ ?

Moi qui faisais de l’immobilier depuis des années et qui, en plus en tant qu’investisseur, signais des baux commerciaux bien ficelés pour rester poli, je ne voulais pas le signer pour ma société qui était en train de grandir et qui s’appelait Tivoli Capital. Et là je me suis dit il y a un problème. Si tu ne signes pas un bail alors que tu le fais pour tes clients… Il se passe quoi là ? Et le principal problème que j’avais c’est que je ne savais pas à trois ans combien on allait être.

Quelle solution recherchais-tu ?

Il fallait trouver des bureaux prêts à l’emploi, cool mais pas trop, bien placés, qui me permettraient de recruter, de fidéliser, de grandir si j’ai besoin, de réduire si j’ai besoin aussi. Ça, c’était une réponse qui était arrivée dans les pays anglo-saxons mais pas encore en France quand on s’est lancé avec Newton Offices.

Le coworking était donc une évidence ?

Pourquoi est-ce que j’ai mis mon argent là dedans, et pourquoi est-ce que j’étais convaincu que ça devait marcher comme ça aujourd’hui ? C’est tout simplement en essayant de regarder plus globalement au-delà de l’immobilier, quelles sont les révolutions dans l’économie ? Ce sont, chaque fois, des révolutions d’usages.

Des révolutions d’usages ?

Tu n’achètes plus vraiment de voitures, mais tu te déplaces. Ou tu n’achètes plus de cassettes ou de DVD. Les DVD encore peut-être un petit peu mais plus beaucoup. Et l’immobilier dans tout ça ?

Si on part du constat que l’on ne veut plus forcément posséder mais utiliser, il y avait une vraie révolution qui était en cours et je voulais en être acteur.

Quelle est la révolution du coworking ?

A l’échelle d’un immeuble, tu peux mutualiser des salles de réunion, tu peux mutualiser des douches, tu peux mutualiser des espaces de bien-être, de la conciergerie pour avoir des paniers bio, tu peux faire pousser des légumes… Tu peux réinventer un village vertical. Ce n’est pas une nouvelle idée, il y en a qui l’on eu bien avant nous. Cela avait juste été assez oublié.

Que penser des espaces de coworking qui fleurissent partout ?

Tu as l’impression que l’on est inondés d’espaces de coworking : oui et non, et c’est toujours pareil. Si tu regardes le monde de l’hôtellerie, il y a beaucoup d’hôtels, ou encore le monde du bureau : il y a beaucoup de bureaux. Mais après tu ne vas pas dans tous les hôtels. Il y a des hôtels qui te correspondent et des hôtels qui ne te correspondent pas.

Qu’est-ce qui a fait le succès de WeWork ?

WeWork à réussi à moderniser un vieux produit qui était finalement le bureau prêt à l’emploi. Les centres d’affaires ça existe depuis longtemps. Ce qu’est venu amener WeWork c’est une vision qui, au-delà du workspace vient ramener des services et une communauté.

Quelle est la stratégie de Newton Offices ?

Nous on a un business model qui est différent, parce que l’on veut être propriétaires de nos immeubles et on n’a pas vocation à conquérir le monde rapidement. On veut être certains que chaque site gagne de l’argent.

Quels sont vos objectifs ?

En 2019, avec Newton Offices, qui sont nos immeubles de coworking, on a 4000m2 ouverts à Marseille. L’objectif est donc d’être présent dans toutes les métropoles françaises, c’est-à-dire Nice, Aix-Marseille, Montpellier, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Rennes, Lille et Lyon, dans les deux à trois ans qui viennent. Et on commence vraiment à réfléchir à aller un peu plus loin que ça.

Pourquoi avoir commencer à Marseille ?

Marseille c’était important parce que c’est chez moi, je voulais créer quelque chose ici, créer des emplois ici.

Tu supportes l’OM ?

Evidemment ! C’est génétique. C’est même assez passionnel. Je suis quelqu’un de très rationnel mais pas avec l’OM !”

Qu’est-ce qu’AGLO ?

AGLO est un assistant intelligent qui permet de gérer les consultations d’entreprises 100% en ligne :

  • Gagnez du temps sur la rédaction du DCE en ligne
  • Accélérez le délai de consultation d’entreprises
  • Analysez facilement vos différentes offres
Essayer AGLO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Privacy Settings
We use cookies to enhance your experience while using our website. If you are using our Services via a browser you can restrict, block or remove cookies through your web browser settings. We also use content and scripts from third parties that may use tracking technologies. You can selectively provide your consent below to allow such third party embeds. For complete information about the cookies we use, data we collect and how we process them, please check our Privacy Policy
Youtube
Consent to display content from Youtube
Vimeo
Consent to display content from Vimeo
Google Maps
Consent to display content from Google
Spotify
Consent to display content from Spotify
Sound Cloud
Consent to display content from Sound