Glossaire > Matériau biosourcé

Matériau biosourcé

Qu'appelle-t-on un "matériau biosourcé" ? Quelle est sa définition exacte et quels en sont les avantages pour des projets de construction ou de rénovation durables ?
Trouvez toutes les informations dont vous avez besoin juste ici.

Sommaire

Qu’est-ce qu’un matériau biosourcé ? Quelle est la définition d’un matériau biosourcé ?

Les matériaux biosourcés, ou également MBS, sont des matériaux issus de matières organiques. La norme NF EN 16575 définit ce type de matériaux comme “produit entièrement ou partiellement issu de la biomasse”. De ce fait, il peut s’agir de matériaux d’origine animale ou végétale. Il en existe de plusieurs natures :

  • Les matériaux biosourcés d’origine végétale : il peut s’agir de lin, bois, paille, chanvre, liège, le colza, la balle de riz, le maïs
  • Les matériaux biosourcés d’origine animale : il s’agira principalement de laine de mouton, plume d’oie, coquillage

C’est un matériau organique 100% renouvelable, qui au-delà des enjeux environnementaux, dispose de propriétés naturelles et de nombreuses qualités très intéressantes pour la construction, rénovation ou réhabilitation de bâti.

Quelles différences entre les matériaux biosourcés et les matériaux géosourcés ?

Comme nous l’avons vu, les matériaux biosourcés sont des matériaux issus de la biomasse, donc du monde vivant. Contrairement à cela, les matériaux géo-sourcés sont d’origine minérale. C’est le cas notamment de la terre, ou de la pierre sèche.

Pourquoi la terre crue n’est pas considérée comme matériau biosourcé ?

La terre crue est, comme son nom l’indique, un matériau constitué de terre et donc pas issu du vivant. Il s’agit d’un matériau géo-sourcé, issu de ressources d’origine minérale.

Quel est l’impact environnemental des matériaux biosourcés ?

Les MBS disposent de caractères vertueux indéniables pour l’environnement. Cela est notamment dû au fait qu’ils soient renouvelables, contrairement aux matériaux géo-sourcés. Ces ressources restent inépuisables et dans le cadre d’une production responsable, elles n’altèrent pas leur environnement.

De plus, les matériaux biosourcés proposent un cycle de vie plus sobre. En effet, leur production, mise en œuvre, exploitation et recyclage exigent beaucoup moins de quantité d’énergie que des matériaux traditionnels. Toutefois, afin d’aller encore plus loin, sur ce cycle de vie vertueux, la maîtrise d’ouvrage (MOA) et la maîtrise d’œuvre (MOE) doivent porter une attention particulière à la provenance de ces matériaux. L’objectif est de privilégier des MBS locaux afin d’éviter les émissions de gaz à effet de serre liées au transport.

Quelles sont les limites des matériaux biosourcés ?

Il peut y avoir parfois une mauvaise compréhension sur les matériaux biosourcés. En effet, ceux-ci ne sont pas toujours naturels à 100%. En effet, ils peuvent contenir certains traitements ou produits chimiques. C’est le cas par exemple des textiles recyclés. Il s’agit de fibres qui ont déjà été travaillées puis recyclées, dans plusieurs sites. Leur empreinte carbone n’est pas toujours neutre et certains peuvent disposer d’un impact conséquent sur l’environnement.

De plus, la définition donnée par la norme NF EN 16575 ne détermine pas le pourcentage d’ingrédients biosourcés qui doivent être intégrés dans un produit pour qu’il soit considéré comme tel. Ainsi, il est important de se référer à des labels qui vont vraiment garantir la durabilité et la nature écologique du matériau.

Quelle utilisation peut-on avoir des matériaux biosourcés ?

Les matériaux biosourcés peuvent être utilisés pour une multitude de fonctions, aussi bien sur des projets de construction, rénovation ou réhabilitation durables. On les retrouvera principalement pour : 

  • Isolation thermique : les MBS constituent d’excellents isolants thermiques, aussi bien pour l’intérieur que pour l’extérieur. En effet, des études ont d’ailleurs montré que l’intégration d’isolants thermiques biosourcés dans certains bâtis ont permis d’améliorer de près de 50% sa performance énergétique.
  • Isolation phonique : on parlera notamment du liège dont les propriétés acoustiques ne sont plus à prouver aujourd’hui.
  • Structure : C’est principalement le bois qui va être un allier de taille pour établir des structure solides et stables. Le recours à ce matériau pour établir des fondations ou des charpentes est ancien et surtout très efficace. Aujourd’hui, certains chantiers ont utilisent des systèmes constructifs préfabriqués qui permettent d’accélérer toute la phase de gros œuvre.
  • Mortier : certaines alternatives au béton peuvent être réalisées à partir de MBS c’est ce qu’on va appeler les bétons végétaux, constitués de matières végétales et d’un liant naturel. Au-delà de leur utilisation première de matériau de construction, ils permettent une meilleure régulation thermique du bâti. De plus, ceux-ci disposent d’une très bonne performance en termes d’isolation et peuvent capter jusqu’à 90% du bruit environnant.
  • Peinture & colle

Quels sont les atouts des matériaux biosourcés pour son bâti ?

Les matériaux biosourcés disposent de qualités environnementales naturelles, telles que :

  • Le stockage de CO2;
  • L’isolation thermique;
  • L’isolation acoustique;
  • Sa résistance et sa durabilité;
  • Une bonne gestion de l’humidité grâce à leurs propriétés respirantes;
  • Le déphasage thermique qui permet d’éviter les fuite de chaleur tout en évitant la pénétration de trop forte chaleur;
  • Une qualité de l’air optimisée;
  • Le confort hygrométrique en assurant un confort constant en termes de température;
  • Des ressources toujours disponibles car renouvelables à l’infini;
  • Une gestion des déchets plus simple grâce à la recyclabilité des déchets.

Tout cela réuni permet notamment de réduire les dépenses liées à la consommation énergétique des usagers.

Quels sont les matériaux et isolants biosourcés ?

Les isolants biosourcés d’origine végétale

  • Le bois est le matériau biosour le plus classique et l’un des plus anciennement utilisé dans le monde. Sous forme de laine de bois, fibre de bois, c’est un matériau solide, qui apporte un vrai confort d’un point de vue thermique et acoustique.
  • La paille peut s’utiliser sous forme d’enduit, de bottes ou panneaux. Celle-ci garantit un bon confort thermique et reste une solution abordable pour tout le monde, car en grande quantité sur le territoire.
  • Le chanvre est un MBS surtout utilisé dans les travaux de construction ou de rénovation écologique, pour fabriquer du béton ou en isolant. En France, c’est un matériau simple à trouver et accessible, car le pays est le premier producteur mondial. Le chanvre est disponible sous forme de panneaux de laine de chanvre ou de chènevotte en vrac.
  • Le liège est un produit plutôt utilisé pour des projets durables haut de gamme, car le coût est assez élevé. Néanmoins, il reste l’un des meilleurs isolants acoustiques, très stable et résistant dans le temps.
  • Le lin est présenté sous forme de panneaux semi-rigides pour de l’isolation thermique. Il est souvent associé à d’autres isolants naturels tels que le chanvre ou la laine de mouton.

matériau biosourcé

Les isolants biosourcés d’origine animale

  • La laine de mouton, en vrac ou en rouleau, est un excellent isolant thermique et permet de lutter efficacement contre l’humidité. En effet, elle peut absorber jusqu’à 30% de son poids en eau, sans perdre pour autant en efficacité.
  • La ouate de cellulose est une solution plutôt abordable pour l’isolation thermique d’un bâti. Il peut être utilisé en vrac ou sous forme de panneaux. Toutefois, comme il s’agit principalement d’un matériau issu du recyclage de vieux journaux, il reste assez sensible au feu. Une solution chimique doit donc lui être appliqué.
  • Le textile recyclé  est un MBS qui peut être un matériau intéressant car très accessible en termes de prix et simple à utiliser en panneaux, rouleaux ou autre. Toutefois, le coton reste assez sensible à la chaleur ou au feu. Il faut donc penser à ajouter une solution chimique pour éviter tout risque.

Comment isoler un bâti de manière durable ?

En fonction de l’emplacement dans le bâti et des bénéfices recherchés, il n’est pas conseillé d’utiliser ces isolants de manière aléatoire. En effet, certains disposent de propriétés naturelles plus adaptées à des applications particulières. Voyons cela ci-dessous :

Toiture & plafond

  • L’isolation de la toiture :
    • Liège en rouleaux
    • Bois en laine de bois ou panneau
    • Textile recyclé
    • Paille en panneaux
    • Chanvre en laine
  • L’isolation des combles :
    • Bois : laine de bois ou de la fibre de bois
    • Liège en rouleaux ou panneaux
    • Textile recyclé
    • Chanvre en laine ou chènevotte
  • L’isolation plafond :
    • Paille sous forme de panneaux

Murs & façades

  • L’isolation des murs :
    • Liège en rouleaux ou panneaux
    • Bois en laine de bois ou panneau
    • Textile recyclé
    • Paille en bottes ou panneaux
    • Chanvre en chènevotte ou laine
  • Le revêtement des façades :
    • Enduit et mortier fait à partir de béton de chanvre
    • Enduit fait à partir de terre et de paille

Intérieur du bâti

  • L’isolation des cloisons :
    • Paille sous forme de panneaux
  • Le remplissage (des murs, toitures…) :
    • Botte de paille
    • Granulats de liège
  • L’isolation des sols :
    • Liège en rouleaux ou panneaux
    • Chanvre sous forme de béton

Quels sont les principaux enjeux de la filière des matériaux biosourcés ?

A l’échelle de la France les matériaux biosourcés répondent à des enjeux économiques et écologiques importants.

Le développement économique

  • Le développement des territoires : ces matériaux sont des ressources importantes disponibles sur tout le territoire français. Ils pourraient être un axe de développement pour la sylviculture ou générer des ressources complémentaires pour les parcelles agricoles (maïs, riz…). De plus, certaines cultures, telles que le chanvre, sont peu gourmandes en eau.
  • La création d’emploi : aussi bien sur la production des ressources, la mise en œuvre de matériaux que sur des sujets de recherches et développement les emplois sont importants. Cette filière répond bien sûr à des enjeux d’innovation et de développement mais également de préservation de savoir-faire dans les territoires français.

La protection de l'environnement

  • La protection de la biodiversité : les matériaux biosourcés sont de natures variées. Leur développement permettrait d’intégrer un peu plus de diversité dans les zones de production ce qui favoriserait le développement d’une nouvelle biodiversité.
  • La préservation des ressources naturelles : les matériaux biosourcés sont des matériaux par nature renouvelables à l’infini. Leur utilisation permettrait donc de ne pas recourir à d’autres ressources fossiles ou minérales épuisables.
  • Une solution pour lutter contre les émissions carbone : l’un des principaux atouts de ce type de matériau est qu’il constitue un véritable réservoir à carbone.

Le développement de savoir-faires

  • La mise en place de nouvelles méthodes de travail : L’utilisation de matériaux biosourcés est évidemment synonyme d’innovation en terme de conception, mais également en termes de méthodologie de travail. Celles-ci sont en train de se mettre en place et de se consolider et elles sont plus respectueuses et plus durables pour l’environnement. En effet, les chantiers utilisant les matériaux secs génèrent moins de nuisances sonores qu’un chantier classique. De plus, la gestion des déchets est beaucoup plus simple. Pendant la phase de chantier, les matériaux en vrac vont limiter le nombre de déchets. Enfin, comme ce sont des matériaux biodégradables, il s’agit donc de matériaux très intéressants jusqu’à leur fin de vie. De ce fait ils pourront contribuer à la régénération des sols ou à la production de biogaz ou d‘énergie verte.

Quels sont les labels à prendre en compte lors du choix des matériaux biosourcés ?

Il existe plusieurs labels d’état concernant les MBS qui peuvent intéressants à prendre en compte lors de la sélection matériaux.

matériau biosourcé

Le label “Bâtiment Biosourcé” récompense les différentes typologies de bâtis (maison individuelle, bâtiments industriels, stockage, service de transport et commerce, bureaux…) qui intègrent un taux minimal de MBS dans leur projet.

Le label “Produit biosourcé” est un label privé créé par la scop KARIBATI. Il certifie le contenu des matériaux biosourcés en intégrant des seuils minimum à respecter par typologie de produit :

    • Isolant : doit être composé à minima de 70% de MBS
    • Béton végétal : doit être composé à minima de 25% de MBS

matériau biosourcé

Produit Biosourcé Plus“, est un label apparu en 2021,  qui va encore plus loin que le label “Produit biosourcé” puisqu’il place un seuil de 80% de MBS pour tous les produits biosourcés.

Logiciel de rédaction DCE Application rédaction DCE, CCTP, DPGF Logiciel maîtrise d'ouvrage publique Logiciel BET ingénieurs logiciel économiste Logiciel pour maître d'ouvrage Logiciel rédaction CCTP Phase Pro-DCE choisir logiciel rédaction DCE CCTP définition CCTP marché public

Ne perdez plus de temps sur la rédaction de vos pièces écrites & vos consultations

Accélérez la rédaction de toutes vos pièces écrites (CCTP, DPGF…) et optimisez vos consultations d’entreprises depuis une seule et même plateforme, simple et collaborative.

Retour en haut